René Goscinny

René Goscinny est sans nul doute le nom le plus connu de la bande dessinée, lui qui fit tant pour la reconnaissance du métier de scénariste de bande dessinée, ce qu’il était. Il est né le 14 août 1926 à Paris, décède le 05 novembre 1977 dans la même ville et aura entre les deux un parcours jalonné de très nombreux titres aux succès toujours immense.

René Goscinny passe sa jeunesse en Argentine, assez loin des turpitudes de la seconde guerre mondiale en France et sa famille proche, lui qui est d’origine juive, échappera aux camps.

Sa carrière prend un tournant marqué lors de son entrée au journal Tintin en 1956. Il s’agissait de l’une des plus importantes publications de l’époque pour les bandes dessinées. Durant les années passées à travailler pour ce titre, il œuvrera en collaboration avec Uderzo, son futur complice sur de nombreux titres mais aussi Franquin, le père de Gaston Lagaffe. C’est aussi à peu près à cette époque, en 1955 précisément, que Goscinny se met à travailler avec Morris. Il lui scénarise la série Lucky Luke jusqu’à sa mort en 1977. C’est l’âge d’or pour cette BD et plus globalement, la période de travail intense de Goscinny est l’âge d’or de la bande dessinée en France.

En 1959, il se lance dans une nouvelle aventure, celle de Pilote. Le journal, qui deviendra une référence dans le monde de la bande dessinée, cherche alors un nouveau personnage pour des histoires à suivre. Le succès est immédiat pour les aventures d’un certain Astérix et Obélix et de toute la bande de l’invincible village. Deux héros franchouillards et attachants que l’on doit à la plume de Goscinny et au dessin d’Uderzo. Tout en faisant d’Astérix un héros populaire, il écrira les histoires jusqu’à sa mort, il publiera aussi Iznogoud et le Petit Nicolas. Résolument plus tourné vers les adolescents, Pilote fonctionne bien, en particulier grâce à la place de rédacteur en chef occupée par Goscinny lui-même de 1963 à 1974.

Goscinny décède à l’âge de 51 ans d’une crise cardiaque laissant orphelin de nombreuses séries et tout l’univers de la bande dessinée qui lui doit beaucoup pour son succès. Astérix résistera d’ailleurs à toutes les épreuves et continue d’exister sous le travail d’Uderzo, qui a aujourd’hui laissé la main. La signature des deux compères continuera d’orner les nouvelles aventures d’Astérix même après son décès, en mémoire et hommage à Goscinny.

Nous serions heureux de connaitre votre avis :-)

Laisser mon avis !